LE DERNIER À QUITTER LE NID

Thomas, mon fils aîné, a obtenu une bourse universitaire pour s’entraîner au hockey aux États-Unis; il ne déménage pas seulement dans une ville différente, mais aussi dans un pays différent. Grâce à son travail acharné, il a réalisé son rêve d’athlète : on est très fiers de lui. C’est le dernier de nos enfants à quitter le foyer familial. Mon nid est vide, pour la première fois.

J’adore mon rôle de mère, il me tiendra toujours à cœur, mais le temps est venu de passer à autre chose. J’ai dû refouler mes propres sentiments de mère poule. Pendant un instant, je me suis souvenue du jour où Thomas avait couru vers les granges, dans sa salopette en denim et ses bottes en caoutchouc, resplendissant de bonheur. Aujourd’hui, ce sourire viril illumine son visage;prenant sa valise en main, ilditun au revoir. Grâce aux liens familiaux étroits tissés pendant notre travail sur la ferme, je suis persuadée que notre fils aura la ténacité et le courage de surmonter les difficultés à venir.

Depuis qu’ils sont tout petits, les enfants nous ont toujours aidés à faire les corvées autour de la ferme. C’était notre vie. Le travail agricole pendant les années scolaires de nos enfantsfaisait partie de leur identité. C’était ma façon de leur prodiguer un enseignement pratique. Désormais, ils vont apprendre à s’instruire d’eux-mêmes, à croître et à mener leur propre vie, indépendamment de la nôtre.

En tant que parent, vous pouvezinculquer les meilleures valeurs morales et compétences pratiquesà vos enfants afin de leur permettrede s’épanouir de la meilleure façon possible. Je suis bien triste de voir chacun de mes enfants partir pour l’école, mais je sais que c’est important pour eux et je suis ravie de les voir entreprendre cette prochaine étape de leur vie.

cynthia-beretta-sig-black